Mathieu Vandevoorde · Ostéopathe à Uccle

Au bord de l’eau

chaussée d’Alsemberg, 620
1180 Uccle

Cabinet du Vossegat

avenue du Vossegat, 14
1180 Uccle

Centre Kipsi

rue Gatti de Gamond, 303
1180 Uccle


Info Covid : conformément aux mesures gouvernementales, les cabinets restent ouverts !
Le port du masque est obligatoire durant toute la consultation et du gel hydroalcoolique est mis à votre disposition.

J’ai découvert la relation au corps et le travail du toucher encore adolescent, au travers du massage thaïlandais puis, plus tard, du Watsu. Attiré par le domaine médical, l’aide et le soin aux personnes, j’entame un cursus de 6 ans en ostéopathie à l’Université Libre de Bruxelles. Aujourd’hui diplômé, je consulte dans trois cabinets au centre de Uccle. J’y reçois tant les adultes que les seniors, les sportifs, les femmes enceintes et en post-partum et très prochainement les nourrissons. Je continue par ailleurs à me former dans différentes branches de l’ostéopathie, approfondissant tant l’approche fonctionnelle que structurelle.

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une discipline paramédicale de première ligne (c’est-à-dire qu’une prescription médicale n’est pas nécessaire pour consulter un ostéopathe) prenant en charge le système locomoteur (muscles, articulations, fascias… ) et le système nerveux périphérique. Elle traite l’individu dans son ensemble et repose sur une connaissance approfondie du corps humain. C’est une thérapie exclusivement manuelle qui vise à restaurer la bonne mobilité de chaque segment corporel et stimule la faculté du corps à s’autoguérir. Toute séance d’ostéopathie débute par une anamnèse : on prendra le temps de passer en revue vos antécédents médicaux, vos habitudes de vie, votre état de santé général afin d’assurer un traitement adapté à votre situation.

Adultes


La prise en charge globale du patient permet la recherche de la cause des douleurs sans se limiter à la région douloureuse. Les méthodes sont diverses, allant des techniques de relaxation musculaires aux traitement des fascias en passant par les manipulations articulaires (le « craquement »). Quelle que soit la technique choisie, l’ostéopathe s’emploie à restaurer la fonction en stimulant les capacités d’autoguérison du corps. Les indications de l’ostéopathie comprennent :
– les maux de dos, douleurs cervicales et lombaires, ainsi que toutes les autres douleurs articulaires et/ou musculaires. C’est le champ de travail principal de l’ostéopathe, déterminer l’origine de la douleur et proposer un traitement adapté.
– les troubles neurologiques tels que les douleurs (type sciatique), les altérations de la sensibilité ou de la fonction musculaire. Un travail sur les muscles et les articulations avoisinants permet de diminuer les contraintes appliquées sur un nerf et ainsi traiter les symptômes.
– les maux de tête. Lorsque les migraines sont dues à des tensions dans la nuque, la mâchoire ou au niveau du crâne, relâcher les différents muscles de ces régions donne de très bons résultats.
– les troubles digestifs. Certains ballonnements, reflux ou encore constipations peuvent être soignés par des mobilisations ou des relâchements de fascias.
– etc.

Seniors


La personne âgée peut présenter des plaintes identiques à celles des adultes. Une attention particulière sera portée à la situation du patient, à la mobilité ou la fragilité osseuse par exemple. Des problématiques spécifiques apparaissent également avec le vieillissement. L’engourdissement des membres ou les douleurs liées à l’arthrose peuvent être soulagés par des mobilisations, les gênes respiratoires par un travail sur la musculature thoracique.

Femmes enceintes


Tout au long de sa grossesse, la femme enceinte doit faire face aux changements qui s’opèrent dans son corps. Au premier trimestre, l’ostéopathie peut soulager les lombalgies, sciatiques, nausées ou encore les troubles du transit intestinal. Avec la croissance du fœtus et de l’utérus, les organes viscéraux devront ensuite se déplacer. Les mobilisations viscérales et le relâchement des fascias et des adhérences permettront alors d’assurer la liberté de ces mouvements. Les douleurs entraînées par la modification de la répartition du poids dans le corps de la maman ainsi que l’adaptation de sa posture pourront également être soulagées. En fin de grossesse, une préparation du bassin en vue de l’accouchement peut s’avérer utile. Un travail peut également être envisagé pour la prévention des menaces d’accouchement précoce ou le non retournement du bébé.
Finalement, un suivi en post-partum facilitera le rétablissement de la maman et aidera à soulager ses douleurs. On pourra travailler notamment les douleurs pelviennes, du bassin et du coccyx, les incontinences et hypotonies périnéales, les douleurs rachidiennes et les dyspareunies.

Nourrissons


À cause de la pandémie du Coronavirus, certaines formations ont dû être annulées ou reportées. Les consultations pour vos plus petits ne seront dès lors ouvertes qu’en
2022.

Le champ de l’ostéopathie pédiatrique est très large, une grande partie des affections qui touchent les nourrissons peut être prise en charge :
– les difficultés à téter. Elles peuvent être dues à un trouble positionnel de la tête ou du corps lors de l’allaitement, ou à un trouble de la succion secondaire par exemple à une difficulté à ouvrir suffisamment la bouche ou à un frein de langue restrictif.
– les troubles digestifs. Reflux, coliques, régurgitations ou encore ballonnement peuvent être améliorés par des mobilisations structurelles.
– les déformations du crâne. Elles peuvent apparaître lors de l’accouchement ou suite à des habitudes positionnelles ou des contraintes musculaires importantes. En corrigeant ces problèmes, on permettra au crâne de reprendre une forme normale.
– le torticolis congénital et autres troubles posturaux. Qu’ils soient causés par la position in utero, les contraintes appliquées lors de l’accouchement ou des habitudes positionnelles dans les premiers mois de vie, un travail sur le relâchement musculaire et l’équilibration des contraintes mènera à un retour à la normale.
– les otites, sinusites et angines à répétition. La sphère ORL du nourrisson n’est pas mature sur le plan anatomique, ce qui la rend plus sensible aux infections. L’ostéopathie peut cependant aider à améliorer la situation.
– les pleurs incessants. Dans certains cas, les pleurs excessifs du bébé peuvent provenir de troubles fonctionnels comme par exemple une compression du nerf vague. Une consultation en ostéopathie peut alors soulager les tensions et améliorer le confort de vie du nourrisson.

Ma formation


J’ai suivi un cursus de 6 ans (un bachelier et deux masters) en ostéopathie à la Faculté des sciences de la motricité de l’Université libre de Bruxelles. Organisée en collaboration avec la Faculté de médecine, cette formation apporte des connaissances scientifiques et médicales approfondies ainsi qu’une réflexion critique. Associées aux compétences de diagnostic enseignées, elles permettent une pratique en première ligne sûre. Outre l’aspect musculo-squelettique « classique », cet enseignement comporte un module dédié à la traumatologie du sport ainsi que les bases de l’ostéopathie pédiatrique et de l’ostéopathie viscérale.

En 2021, j’entame au centre Haptis un premier cycle de formation consacré à la prise en charge de la femme enceinte et en post-partum ainsi que du nourrisson. Marie-Caroline Willième y développe une approche fonctionnelle douce, respectueuse des besoins de la maman et du bébé. Ce cycle prendra fin en décembre 2021.

Deux autres formations sont encore prévues dans mon agenda : un deuxième cycle de pédiatrie au Sutherland college of osteopathic medicine en décembre 2021 et janvier 2022.